Faustine Steinmetz

Mode

Le processus créatif est ce qui importe dans la mode. Ne nous laissons pas aveugler par la marque, n'ayons pas peur, soyons originaux. La simplicité est ce qui a de plus beau.

Portraits de femmes inspirantes

Photo: https://www.instagram.com/faustinesteinmetz/?hl=fr Écrit par: Alizé Laurent

Photo: https://www.instagram.com/faustinesteinmetz/?hl=fr

Écrit par: Alizé Laurent

Photo: https://www.instagram.com/faustinesteinmetz/?hl=fr Écrit par: Alizé Laurent

Photo: https://www.instagram.com/faustinesteinmetz/?hl=fr

Écrit par: Alizé Laurent

Faustine Steinmetz, faire de la mode autrement

Parisienne de naissance, mais Londonienne de ses mains, Faustine Steinmetz fait partie des jeunes talents actuels dans le monde de la mode. Londres, représente d’abord pour elle Saint Martins, une école de mode où tout est possible, un endroit déjanté où la créativité est encouragée comme nul part ailleurs. A l’image des tendances sociales actuelles, Faustine Steinmetz répond à son engagement écologique et construit sa marque autour d’une approche très éco-friendly. En effet, chaque pièce de ses collections est imaginée à partir de pièces déconstruites ou abandonnées sur le sol des friperies londoniennes. Des tissus qui seront ensuite assemblées mains ou via des métiers à tisser, le tout dans un esprit très années 90, qui permet à Faustine de s’accaparer aujourd’hui le Lévis 501 comme personne.

A travers un langage commun à la génération actuelle, elle insuffle auprès des jeunes étudiants en arts et mode une vision moderne mais surtout une image de persévérance. Elle donne ainsi espoir à ces nouvelles générations en expliquant que même en étant à Saint Martins, elle se sentait « normale ». Au début pas très habile en couture elle parle souvent de ses débuts assez catastrophiques mais surtout de son manque de financement en sortant de l’école. Un inconvénient que sa créativité à su tourner à son avantage puisque ce manque de financement l’a finalement mené à trouver la méthode qui lui permis de se distinguer de la concurrence : l’utilisation de vieux jeans.

En s’aidant des nouvelles et des anciennes technologies, elle a su bâtir une marque en recyclant de vieux vêtements dont personne ne veut. C’est en regardant des tutos youtube qu’elle a appris le fonctionnement des machines à tisser. Ses assistantes ? Des grands-mères à travers les quatre coins de l’Angleterre, qui sont d’ailleurs les seules à savoir les manier de la sorte. Elle communique avec elles via Skype ou bien mails... et incarne ainsi l’innovation actuelle : un meltin’pot entre vieilles et nouvelles traditions.

Faustine, ce n’est néanmoins pas que du jean et des tutos youtube. Derrière ses créations, se cache aussi un concept de révolution de l’industrie du « fast fashion ». Elle souhaite se positionner entre l’art et la mode sans s’abandonner dans le côté ancien et « ringard » de la haute couture. Elle voudrait recréer un lien fort entre les femmes et leurs vêtements, c’est à dire acheter mieux pour acheter moins. Le domaine de l’art rentre dans sa volonté de créer de réel « œuvres d’art » - ses créations- réalisées mains qui seront alors transmises de générations en générations.

Faustine insuffle un genre nouveau qui redonne de l’énergie à la mode. Elle représente une inspiration pour les personnes aspirant intégrer ce milieu. Elle donne comme mot d’ordre que tout est possible mais que la volonté et le travail sont primordiaux.

Un conseil, son travail est à suivre de très près...