L'entrepreneuriat social

La technologie au service de l'entrepreneuriat social


"Social entreprise" Économie sociale et locale

À l’heure de l’efficacité et de la performance exacerbée, les entreprises tentent comme toujours, de développer leur capital et leurs bénéfices. Cependant, et ce depuis les années 90, certains entrepreneurs tentent de voir cela d’une façon alternative. Certains ont essayé d’allier le projet d’entrepreneuriat et la volonté de s’attaquer à des problèmes sociaux ou environnementaux. Ce que l’on nomme comme l’Entrepreneuriat social (Social Entreprise) c’est cette idée d’avoir une approche particulière, où le service de l’intérêt général est mis en avant. Où les bénéfices vont vers un objectif social. Et où les décisions ne tournent pas autour de la détention du capital.

Paysages australiens

Queen City, Colombie-Britannique

Queen City, Colombie-Britannique

Paysages australiens

Une vision alternative qui fait déjà ces preuves en Australie. Dans l’état de Victoria, au sud-est du pays, le mouvement a pris une telle ampleur que l’organisation Social Traders a mis en place les «Social Entreprise Awards», afin de récompenser les meilleurs projets. « Melbourne est considérée comme le cœur de la scène des entreprises sociales en Australie. On constate un nombre croissant de ces entreprises notamment dans le domaine des cafés et restaurants. » Déclare Kevin Louey, conseiller au développement de la ville. 
Ainsi, la problématique sociale et environnementale est clairement mise en avant dans ces entreprises. Le but étant de sensibiliser le plus de monde à ces projets alternatifs, la volonté de les résoudre est récompensée.

Queen City, Colombie-Britannique

Le phénomène est aussi très répandu ici au Canada, et notamment à Montréal où plusieurs initiatives citoyennes sont devenues de vrais projets d'entreprise. Dans le secteur alimentaire par exemple. En effet, un Canadien gaspillerait en moyenne 183kg de nourriture par année. Face à cette problématique le projet Eatizz vise à réduire le gaspillage alimentaire. Cette application tente de rapprocher les consommateurs des producteurs ou restaurateurs qui ont des produits qui sont bientôt à la date limite. L’application vérifie bien sûr que ces produits sont encore bons à la consommation. Dans cette optique, c’est au quotidien que l’on peut s’informer sur ces produits. Ce qui évite la surabondance de produits chez soi qui finiront sûrement aux déchets.

La plateforme BonnApp s’attaque aussi à ce problème de gaspillage alimentaire, très fort en Amérique du Nord, où la culture de la surconsommation est intégrée. Grâce à un principe de points de chutes, les utilisateurs de cette app peuvent repérer les endroits où les membres de la communauté échangent des fruits, légumes ou autres. Ainsi, ils peuvent s’informer directement avec les restaurateurs des possibles produits disponibles.

De plus en plus d’entrepreneurs passent le pas du social, et tentent donc de concrétiser cette autre vision. Une alternative moderne et consciente des problématiques qui nous entourent au quotidien qui fait émerger des projets qui dynamisent l’économie et le social, et cela, sans une vision traditionnelle de l’entreprise.

Photos Canada par: Chris Gergley via http://www.monteclarkgallery.com

Photos Australie : http://lionandgoose.com/photography/

Écrit par Adam Bilal Ait